Les lacs du domeynon par le grand colon

Publié : Le 31 Octobre 2007 à 09:07
Écrit par
Article vu : 5 187 fois
Une sortie réalisée en juillet, avec des paysages superbes, et une ambiance montagnarde à deux pas de grenoble !
Participants : moi et ...mon vélo / Ravitos : 3L d'eau, un sandwich au jambon, un au comté et des barres chocolatées / D+/
- : 1550 dont 900 de portage / Météo : beau virant au nuageux (comment je fais des belles photos après, moi ?) Départ 8h20 de freydières, montée par la route puis par la piste, il fait beau mais je suis encore à l'ombre donc c'est parfait ! Arrivée à l'ancien décollage des deltaplanes, y'a de la brume là bas en bas ...
J'attaque la montée en single dans la forêt jusqu'à la cabane du colon, merci le pignon de 34, ca passait moins bien la dernière fois.
J'arrive à la cabane, et là la bergère sort, me dit bonjour et me conseille de descendre de mon vélo quand j'arriverai au troupeau. "Vous inquiètez pas, je comptais pas monter sur le vélo" A partir de la cabane, c'est poussage intégral jusqu'en haut, à part 50 mètres à un moment, et encore faut vraiment en vouloir ! Me voila donc parti pour grosso-modo 700m de poussage, mais comme dirait l'autre : "faut pas y craindre" Au détour d'un virage, qu'est ce que j'appercois : ça bouchonne sur le single. Je m'étais dit je serai tranquille en partant tôt et tout, perdu !
Petite remarque au passage, là où tu tiens juste sur le chemin, ca passe à 5 moutons de front à l'aise. Après ce bref interlude de communion avec le monde animal, je repars en quête du sommet. Il commence à faire bien chaud. La cabane est déjà bien plus bas :
11h20 : j'arrive en haut sans m'être trop forcé, je sais pas trop ce qui m'attend après. La vue est pas tant pire :
Je reprends un peu de forces, pour attaquer la descente qui suit. A vue d'oeil, comme dirait seb, ca paaaaaaaaaaaasse !Mais la dernière fois que j'y suis passé, c'était bien y'a une dizaine d'année, autant dire que je ne m'en rapelle plus du tout !
C'est parti, je baisse la selle, et banzaïïïï. Oula, ca glisse, c'est surement du aux michelin xcr de cross gonflés à 3 bars pour pas crever. Les premiers mètre passent bien, puis j'arrive dans un mini pierrier et là z'est pas pozzible. Même à pied c'est chaud, faudrait le nicolai de descente, et encore. Je me fais quelques mètres à pied, puis le chemin sort du pierrier et ca reroule enfin. Attention, il arrive qu'un pierrier traverse le single sans prévenir, méfiance !
Après le pierrier, je croise 3 piétons qui halucinent de me voir là dedans, faut dire qu'après ca passe vraiment pas en vélo. Y'a au moins 100m de D
- où je tente de me tenir où je peux, que ca glisse sous mes vans bien lisses. La fin de chemin redevient roulable, ca fait plaisir parce que dans l'ensemble c'est quand même pourri comme descente il faut bien le dire !!!! J'arrive enfin au lac, l'eau a l'air bonne, ca donne trop envie de se jeter dedans.
Ensuite, il faut faire le tour du lac, et puis remonter en dirction du refuge de la pra. Ca monte pas longtemps, mais j'ai vraiment chaud et je commence à avoir faim. Heuresement, le coin à pic-nic est en vue !
Je m'enfile mes sandwich au refuge, avec une vue fort sympathique.
Puis je repars en direction des lacs du domenon, petite pause au col de la pra, avec un aperçu de la descente à venir. Comme on le reamrque sur la photo, la météo commence à se dégrader.
C'est reparti pour du poussage, avec une belle cascade en vue.
Un bon portage rustique pour acceder en haut, dans lequel je croise un pieton qui me dit : il en reste encore du portage. Sympa pour la motiv ! En haut, je me dit qu'il y aura le lac, mais c'est perduuuuu. En fait on arrive sur une deuxième plateforme, avec une nouuvelle chouette cascade !
Je commence à monter, et ca s'annonce déjà pas top : on voit juste une falaise, et on distingue pas trop le single. Ca sent le truc foireux ! Heuresement, je croise un pote vttiste à mon frère qui redescend à pied et qui m'annonce que c'est pas la peine de monter le vélo, qu'ils ont déjà eu du mal à passer à pied. J'écoute ses conseils et je pose le vélo dans un coin, pour finir à pied les 100 derniers mètres de deniv. Honte à moi, mais la suite m'apportera raison : ca monte limite en escalade par endroits, et ca craint pas de descendre en vélo, donc j'ai bien fait de le laisser en bas ! Ca y est, j'arrive enfin au 1er lac du domenon. Il est carrément trop chouette, l'eau est super propre et bien bleue.
Comme vous pouvez le voir, j'ai emporté ma roue avant. Je me dis que comme ca au moins le mec qui veut me tirer mon vélo, et ben il va devoir le porter jusqu'en bas. Non mais, si j'en chie à la montée, c'est pas pour que y'ait un salop qui me le taxe avant la descente ! Photo déconseillée à toutes les personne en manque de vtt : 1er lac du domenon, en direction du 2ème.
Je pousse jusqu'au 2ème lac, avec les glacons inclus de série. La vue sur les hautes montagnes est bien chouette, faudra que j'aille voir plus haut sans vélo !
Et puis je me remet en route pour la descente, un peu de désescalade, je double un couple d'anziens, et la dame me demande : "mais pourquoi vous avez une roue ?" "C'est pour mon vélo qui est un peu plus bas, ca évite qu'on me le vole" "Ah, parce que quand meme je voyais pas trop à quoi ca pouvoit servir " Je reprend le vélo, et j'attaque la descente. Le premier portage se descend presque sur le vélo en entier, mais commme dab c'est la fête de la glisse, l'arrière fait ce qu'il veut, et l'avant évite les cailloux tant bien que mal. J'arrive au col de la pra, la partie qui s'annoncait la plus intéressante est bientôt là. Une petite cascade me fait faire une pause dans cette descente super sympa, mais assez technique quand même, je pose un ou deux pieds cons, mais sinon c'est QueDuBonheur !
J'arrive au lac du crozet, et j'appercois le barrage sur lequel je passais quand j'étais gosse. Ah tiens, idée à la con, ca passe en vélo ou pas. Portage rustique pour y arriver, puis je me tate un peu. A droite, de deux à 5 mètres de chute avec reception en pierrier. A gauche, le lac, à une température qui doit avoisiner les dix degrés. Mais bon vu que je suis encore jeune (et con), je me dis c'est pas l'heure de mourrir et donc.......... j'essaye quand même ! Ca part bien, et puis un vent sorti de "jenesaisoù" commence à me pousser vers le coté du ravin, par bourrasques d'intensités différentes ! Comme si c'était pas assez dur de rouler sur ce truc de 30cm de large. Mais bon je finis par arriver de l'autre coté après deux ou trois (grosses) frayeurs !
Et vu que quand ca passe une fois, ca passe deux fois ben je me le refais dans l'autre sens, sinon c'est tricher. Ensuite c'est parti pour la descente depuis le lac du crozet, que j'avais déjà faite y'a deux ans. Déconseillée aux ames sensibles quand même, parce que meme en coupe de france y'a rarement des passages aussi chauds. En fait le chemin est un énorme tas de cailloux, qui ne bougent pas certes, mais bon c'est quand même bien chaud. Il ne me reste plus que deux passages qui passent pas, mais faudrait monter le gros vélo de DH tellement c'est défoncé. Je rattrape deux dames à pied, la dernière m'entend et dis : "attention vélo" L'autre lui répond "super drole" Elle la croyait pas ! A ce moment là un pieton monte et dit : "Je savais pas que c'était une piste cyclable ici" Alors la 1ère femme se retourne et halucine trop. Faut dire que je les ai rattrapées dans un passage bien chaud et elles se demandaient ce que je foutais là. Désolé y'a pas de photos, j'étais un peu trop concentré sur mon pilotage. Le single finit par une dixaine d'épingles super sympa dans les sapins ! Puis on rejoint la grosse piste de mer.. jusqu'à la plioux. Après c'est du grand classique pour moi, chemin bien raide puis notre piste de DH jusqu'à freydières ! Au final, une sortie plus que sympa, à conseiller à ceux qui aiment porter et surtout avec un très bon bagage technique, sous peine de bien se faire chier toute la journée... On doit pouvoir éviter la montée par le grand colon et la descente pourrie en passant par les cascades de l'oursière, qui semble être beaucoup plus roulant à la montée. Je déconseille très fortement la montée par le crozet, ca roule pas à partir de 1600m, et c'est pas possible de pousser faut porter tout le temps. Mais pour ca, il va falloir attendre le retour de la belle saison.
Loading...