Construire des modules -La suite logique de l'article comment creuser sa piste de DH-

Publié : Le 01 Novembre 2007 à 11:13
Écrit par
Article vu : 519 fois
Cet article n'a pas encore été validé par l'équipe de modération.
Sont présentés ici quelques aménagements réalisables sur une piste de DH :virages relevés, kicks, woops, step up, pierriers,....Rappel : Evitez...

Sont présentés ici quelques aménagements réalisables sur une piste de DH :virages relevés, kicks, woops, step up, pierriers,....

Rappel : Evitez les ennuis, ne pas creuser dans les chemins, ni sans accord du propriétaire. Préférez une piste discrète. Avant tout il faut tester en vélo pour voir si ça passe à peu près normalement avant de faire quoi que ce soit. On aura ainsi une meilleure idée de là où il faut installer quelque chose.

Virages relevés

Un virage relevé c'est un remblai. Il peut être en contre pente ou mieux, en dévers positif amplifié. L'idéal c'est qu'il faut arriver à prendre appui dedans. Il faut être sûr que ça tienne quand on va passer. Les virages relevés permettent de mettre plus d'angle. Ils sont encore plus efficaces quand il y a une petite ornière dedans, mais elle se fait toute seule avec les passages et au bon endroit. Comment le placer? Il faut donc arriver assez frontal dessus et ressortir environ à 45° de là d'où tu viens. Pas la peine de faire le début, puisque tu vas taper dedans au premier tiers de la courbe. Pas besoin de faire un gros remblai dès l'entrée du virage car pour pouvoir bien se jeter dedans il faut que celle-ci soit progressive, pente douce. La pente la plus forte doit être là où le vélo a le plus d'angle. La longueur minimum du relevé est un vélo, mais un relevé plus long sera sans doute plus facile à prendre... Avec quoi? Commencer par bien déblayer le sol (feuilles, aiguilles de sapin,...) Pour construire des virages utiliser une structure de soutien en bois. Les pierres c'est long et ça pète le dos. C'est pas mal d'en mettre juste quelques unes derrière pour renforcer la structure. Pour que rien ne bouge, planter des piquets de compétition dans le sol (c'est à dire avec une belle pointe, comme ça il s'enfonce mieux. Utiliser une petite hache et un maillet ou à défaut une pierre locale) Utiliser au maximum ce qu'il y a autour et même un peu plus loin en évitant si possible de toucher aux arbres vivants. Si les bûcherons exploitent de temps en temps on trouvera tout ce dont on a besoin sur place. Le mieux c'est des troncs de 1,50 m à 2 m de long et de diamètre environ 8
- 10 cm de diamètre, plus gros ça va vite mais c'est plus long à couper, plus difficile à superposer. Plus petit c'est moins solide. Il faut qu'ils soient parallèle et si possible "agencés" pour que rien ne bouge, comme ça le virage ne sera pas tout mou quand tu passeras dedans. Le petit plus qui déchire c'est de commencer par mettre sur le relevé la fine couche de la surface du sol (brachettes, feuilles et pommes de pins, aiguilles, mousse et couche de surface) avant de balancer la terre dessus (ne pas en mettre trop sinon le virage sera tout mou. De même ne pas mettre les tas de racines. Disposer les pierres dans les plus gros interstices). Tu verras selon où tu creuses qu'il n'y a pas forcément beaucoup de terre dispo. Dès fois on dit qu'il y a des filons de terre!! lol ou des spots de terre. Pour la transporter il y a plusieurs moyens ; le seau, un grand sac bien costaud, un grand chiffon (ça c'est bien) ou le top la brouette. Normalement on en trouve assez sur place dans le cas d'un virage. Il suffit d'aller la chercher à l'intérieur du virage, du coup ça élargit le passage. Le mieux si l'endroit est pentu est de chercher la terre juste avant le virage ou à l'entrée, ça le prolonge naturellement ou l'élargi, il y a qu'à descendre la terre sur le relevé. Le mieux c'est de placer plusieurs relevés à la suite, pour obtenir un effet de rythme. Sur la piste, chaque module devra être séparé d'une dizaine ou vingtaine de mètres. Petit plus : plus haut on disait de ne pas faire le début mais les cailloux déterrés lors du creusage peuvent tout à fait augmenter la taille du virage en les disposant au début et à la fin du virage.

Pour les kicks

Le mieux c'est d'avoir une première pente faible et une deuxième en contrebas plus forte. Placer le kick juste avant la deuxième pente. Il faut dès le début prévoir de le reculer pour le grossir, quand tu vas progresser (1m à 1,50m par ans) Le top de la réception c'est une pente à 45° longue et dégagée (pas d'arbres, de souches ni de rochers qui dépassent, même sur les cotés). Il faudrait pouvoir arriver avec un minimum de vitesse, avec au moins 5
- 10 m en ligne droite avant le saut, plus encore si jamais vous voulez le reculer en progressant. Un kick peut aussi être placé entre un virage d'un côté et un de l'autre, comme ça sur le vélo le changement d'angle se fait en l'air. Sensation garantie. Les kicks peuvent être préformés en pierre ou en bois. Faire quand même gaffe à ne pas laisser trop dépasser des rondins sur les côtés pour pas que quelqu'un les soulèvent et détruise les modules. Ensuite pour la pente de la bosse, elle doit être régulière. Le mieux c'est de mettre la compression en bas (un léger creux qui se termine progressivement, ce qui donne un petit "ventre" à la bosse) ou légèrement avant le saut, tout dépend de si c'est pentu. Si oui, une bosse faisant un replat horizontal suffit. Surtout si tu as un tout suspendu, la pente doit pas être en cuillère (gare au coup de raquette) mais droite, sur une longueur d'au moins un vélo pour qu'elle jette propre. La longueur à donner à la bosse dépend de la vitesse à laquelle la prendre, ça peut être moins qu'un vélo de longueur si il y a une petite vitesse et plusieurs vélos de longueur à haute vitesse. Idem pour la pente de la bosse, plus ça va vite et plus elle doit être progressive. Eviter de poser la bosse en sortie de virage. (Au début on n'a pas forcément une bonne vision du tracé et on a tendance à tout entasser. Le résultat c'est que les passages s'enchaînent sans pause, sans avoir le temps de prendre de la vitesse, ni de rattraper un vrac... Il ne faudrait pas plus d'un module tous les 10m.+/-.Pour conserver une bonne vitesse c'est même plus.

Woops

Comme autres modules qu'il est possible de réaliser il peut y avoir des woops (enchainement de petites bosses en dôme comme sur les pistes de bmx mais commencez par les construire en moins hauts et plus espacés) Ils ne sont pas facile à placer sur une piste car il faut un peu de vitesse et une bonne ligne droite, si possible pas en dévers. La terre doit être creusable. Ainsi ils seront à moitié enterrés et dépassant à moitié. Ces woops se prennent en "doubles".

Tables

Il est aussi possible de construire des "tables" mais elles sont très longues à faire. A envisager surtout si un endroit est déjà presque tout prêt naturellement. Il est aussi possible d'installer une passerelle en bois suffisamment solide entre un appel et une réception.

Step up

Les step up sont bien également. Le principe est de mettre un kick (assez raide) plus bas que la réception. Elle pourra être plate ou en léger dévers ce n'est pas grave. Le kick souvent quasi à la verticale est souvent terminé par une planche. Comme on a que la phase d'ascension il est possible de monter a plusieurs mettre de haut (même avec un semi rigide) sans avoir de gros impact à la réception.

Compressions

De simples compressions (gros creux), ou marches (ruptures de pentes) sont bien sur sa piste. On peut les obtenir en amplifiant des éléments déjà présents naturellement (talus,..),

Passerelles

Recherchez sur le net ya déjà des site qui expliquent très bien comment les faire. Pensez à l'éloignement parce que le bois c'est lourd à transporter sur de longues distances... et surtout essayez de faire en sorte de ne pas clouer dans les arbres. Petit plus : pour une passerelle étroite sur un gros rondin : aménager une surface de contact plate pour les planches plate et planter les deux clous en biais, c'est-à-dire vers le centre du rondin. On obtient plus de solidité que si ils étaient plantés verticalement

Et enfin,

une piste peut comporter des difficultés techniques comme des dévers, des passages dans des racines (glissant), dans des pierriers (attention à pas laisser trop d'obstacles frontaux qui feront trop ralentir). Toutes ces difficultés peuvent parfois être combinées... et là on a un beau passage technique... souvent au naturel, le top quoi. Garder à l'esprit que la piste est évolutive, à grossir en progressant.
Loading...
pub

250x250__fr

Articles en rapport